THAILANDE-GUIDE

THAILANDE-GUIDE

Le site web de la Thaïlande

Conduite automobile

Réservée aux plus courageux !

Mis à jour le 15-04-2016  |  Publié le 05-06-2006 - Lu 92 034 fois
Moyenne : 4.50 sur 5 (4 votes)

Pour conduire un véhicule en Thaïlande, vous devez être, en théorie, titulaire d'un permis de conduire international. En théorie, car en pratique, le permis national suffit pour louer un véhicule et passer les contrôles de police. Mais qu'en serait-t-il lors d'un accident ? Pour cette raison, nous vous conseillons de prendre un permis de conduire international, d'autant qu'il est gratuit, du moins en France.

Pour obtenir un permis de conduire international en France : 
Adressez-vous à la préfecture ou la sous-préfecture de votre domicile (à Paris, à la préfecture de police). Présentez vous muni de votre permis national, d'un justificatif d'identité et de deux photographies récentes et identiques. Il est gratuit et valable 3 ans.

Vous pouvez également faire accomplir les formalités par un tiers. Il doit alors présenter, en plus des pièces mentionnées ci-dessus, une procuration établie sur papier libre l'autorisant à retirer le permis et une pièce d'identité personnelle.

Référence : http://vosdroits.service-public.fr

Quelques éléments de réflexion sur la conduite automobile en Thaïlande.

Conduire en Thaïlande ne pose pas de problème particulier, hormis l'acclimatation nécessaire à la conduite à gauche. Car en Thaïlande, on conduit à l'envers ! Signalons pour ceux d'entre-vous qui n'ont jamais eu l'occasion de visiter un pays où la conduite est à gauche, que toutes les commandes de la voiture sont inversées, hormis le pédalier : levier de vitesse à gauche, frein à main à gauche... mais les pédales restent à leur places habituelles, pédale d'embrayage à gauche, frein au milieu et accélérateur à droite. Encore heureux ! Le deuxième élément à prendre en considération pour la conduite, est l'indiscipline incroyable des conducteurs Thaïs : dépassement en plein virage, feux tricolores passés à l'orange plus que mûr, stops transformés (dans le meilleurs des cas !) en " céder le passage "... sont autant de difficultés qu'il faut gérer avec flegme et courtoisie... Le premier prix revient aux dépassements : au milieu sur une route à 2 voies, créant de fait une 3° voie imaginaire, à gauche, sur le bas coté... tout est possible ici ! Une petite anecdote qui donne une bonne idée de l'anarchie ambiante en terme de dépassement : un jour que nous roulions sur une route à 2 voies, nous avons été doublés par une voiture, elle-même doublée par une autre, alors qu'un troisième larron nous dépassait sur le bas coté gauche... ! Pas moins de 4 voitures de front sur une deux voies... Si si, c'est possible, ici, on peut le faire !

Enfin la dernière difficulté vient de la grande diversité des engins roulants : tuk-tuk, motos, motos avec une carriole attachée sur la gauche (prenant la place d'une voiture) des marchands ambulants, voitures, pick-up et 4x4, camions, semi-remorques, autobus... tout cela roulant à des vitesses très différentes... mais c'est sans doute le nombre considérable de motos (parfois non éclairées la nuit !) qui rend la conduite la plus pénible.

État des routes

Avec ses 170 000 km, le réseau routier thaïlandais est relativement dense, surtout autour de la capitale. L'état des routes est très variable. En général, elles sont en relativement bon état. Attention toutefois aux bas cotés, pas toujours très bien entretenus. La numérotation des routes répond à un système relativement simple : les grands axes (qui pour la plupart sortent de Bangkok), portent une numérotation à 1 chiffre. Ce sont des highways à 4 voies généralement. Les ramifications de l'axe principal portent des numéros à 2 chiffres dont le premier correspond à l'axe principal. Les voies plus petites portent des numéros à 3 chiffres puis à 4 chiffres...

Particularismes thaïs de A à Z

Accidents : malheureusement très nombreux dans le royaume et très souvent au détriment des "deux" roues... Chaque année, environ 24 000 personnes décèdent sur les routes en Thaïlande. Selon une étude de l'Organisation Mondiale de la Santé en 2015, la Thaïlande se classe deuxième, derrière la Libye, en termes de décès par nombre d'habitants. La période de Songkran (le nouvel an bouddhique) et du premier de l'an occidental sont les deux périodes les plus meurtrières chaque année.

Autoroute : en fait ce sont des speedway, c'est à dire, les voies rapides. Il existe donc des carrefours. Pour repartir à l'envers, prendre les U-Turn (voie de dégagement vers la droite, permettant de repartir dans l'autre sens).

Bornes kilométriques : elles sont placées le long de la plupart des routes du Royaume. Elles indiquent le kilométrage et la référence de la voie. Le nom des lieux est inscrit en Thaï.

Carrefours : sur la plupart des carrefours, tourner à gauche est possible même quand le feu est au rouge. Il n'y a pas comme chez nous la flèche verte, mais un panneau bleu sur lequel est dessinée une flèche blanche. Attention, sur les carrefours, il existe comme chez nous une présélection à droite pour tourner à droite ou à gauche pour tourner à gauche. Mais la plupart du temps, il n'y a pas de matérialisation au sol. A vous donc de vous placer au plus près de la direction vers laquelle vous allez tourner.

Casque : le port du casque est obligatoire en moto. Les contrôles sont nombreux. L'amende est de 200 à 500 B en cas de non respect. Plus que l'amende, somme toute dérisoire, c'est bien le risque encouru qui doit vous inciter au port du casque. Il ne se passe pas une journée sur l'île de Phuket, pourtant pas bien étendue, sans qu'il y ait un accident mortel impliquant un 2 roues... et le mort est rarement dans la voiture...

Essence : de nombreuses stations-service modernes sont implantées le long des routes. Elles ne sont jamais en self-service. Pour faire le plein d'essence, dites " plein ", sinon, demandez le montant en Baht que vous désirez. On vous proposera de nettoyer pare-brise et vitres durant le plein. C'est un service gratuit, mais un pourboire de 10 à 20 THB ne sera évidemment pas refusé. Il existe sur les petites routes de campagne, de vieilles stations encore manuelles, où le plein s'effectue à la manivelle ! Signalons enfin qu'il existe en Thaïlande deux types d'essence : l'ordinaire (indice d'octane 91), coûte environ 27 THB le litre, et le super (indice d'octane 95) à 30 THB le litre. Il y a aussi du gasoil à 27 THB le litre environ (Tarif 2016). Attention : comme partout, le prix de l'essence fluctue rapidement en fonction de la crise du pétrole. Se renseigner sur les forums pour avoir un tarif actualisé.

Feux tricolores : avant de passer du vert au rouge, le feu passe d'abord au vert clignotant, puis à l'orange et enfin au rouge. Sur les carrefours où les feux sont clignotants, il n'est pas rare de rencontrer sur un des axes des feux clignotants "rouges" et sur l'autre des "oranges". Les rouges signifient que cette voie n'est pas prioritaire. En général, les feux sont au-dessus des files qu'ils signalisent, et non à coté comme chez nous. Un répétiteur du feu est placé après le carrefour (car le feu placé au dessus de la voie est invisible des premiers véhicules arrêtés près du feu). Attention à bien s'arrêter au premier feu, et non pas au second, qui est situé après le carrefour ! Ne riez pas, c'est quelques fois pas si évident...

Limitation de vitesse : en ville, la vitesse est limitée à 50 Km/h, et 100 Km/h en campagne. Les thaïs ne respectent pas les limitations de vitesse.

Police : elle s'intéresse peu aux étrangers. Courtoisie et sourire vous permettront de satisfaire rapidement aux rares contrôles.

Samu : il n'existe pas de système comparable au SAMU en Thaïlande, sauf dans les grandes villes. En cas d'accident, c'est le premier pick-up qui passe qui charge tant bien que mal le blessé pour le diriger sur l'hôpital...

Stationnement : il existe comme chez nous des stationnements alternés. Attention au sabot, en cas de non respect du stationnement ! Ici, le sabot est une chaîne qui est entourée autour d'un rétroviseur et autour d'une roue... Pas très esthétique mais parfaitement efficace...

Stop : pas de particularité, à part que les Thaïs les respectent comme des "céder le passage"... dans le meilleur des cas... Attention donc !

Panneaux indicateurs de direction : ils sont écrits en alphabet thaï et en alphabet latin.

Priorité : la règle est ici la priorité au plus gros : bus et camions sont prioritaires sur les voitures qui sont prioritaires sur les motos. C'est la loi du plus fort !

Bonne route !

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :

Envoyer cet article à un ami



Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
5 010 123 visiteurs au total
1 345 visiteur ce jour
21 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 1999-2017