THAILANDE-GUIDE

THAILANDE-GUIDE

Le site web de la Thaïlande

Grand Palais - พระบรมมหาราชวัง

Grand Palais et Wat Phra Kaew - Temple du Bouddha d'émeraude

Mis à jour le 25-07-2016  |  Publié le 30-09-2008 - Lu 27 356 fois
Aucun vote

Coordonnées GPS : 13.752333, 100.491172
Adresse : Na Phra Lan Road, Ko Rattanakosin District, Bangkok, 10500
Téléphone : +66 2 694 1222 (Tourism Authority of Thailand) +66 2 222 0094 / +66 2 222 6889 / +66 2 222 2208
Site officiel : http://www.palaces.thai.net

Voir l'album photos  

Ouvert tous les jours de 08h30 à 15h30 (sauf lors des cérémonies royales).
Tarif : 500 THB pour les étrangers, gratuits pour les Thaïs. Comprend l’accès au Palais Vimanmek et au pavillon des monnaies thaïlandaises. Visites guidées à 10h, 10h30, 14h et 14h30. Audioguides disponibles également.

La visite n’est autorisé qu’en vêtement décents : pas de short ni d'épaules découvertes et évitez les tongs. Des sarongs peuvent être prêtés aux visiteurs imprévoyants.

Accès : carte de Bangkok

  • En bateau : arrêt n°9 - Tha Phra Chang
  • En autobus : les bus numéro 1, 3, 6, 9, 15, 19, 25, 30, 32, 33, 43, 44, 47, 53, 56, 59, 60, 64, 70, 80, 82, 91, 123, 124, 165, 169, 201, 203, 507, 508, 512 et 524 s'arrêtent à proximité.
  • Ni métro ni BTS à proximité
  • En taxi : sans doute le moyen le plus simple depuis votre hôtel

Attention à l'arnaque aux abords des temples de Bangkok, particulièrement des trois principaux : Wat Phra Kaew, Wat Po et Wat Arun. Vous êtes abordé par un tuk-tuk ou un passant aux abords d'un temple : il vous prévient très gentiment que le temple vers lequel vous vous rendez est malheureusement exceptionnellement fermé ce jour. Et il vous propose tout aussi gentiment et pour une somme "modique" de vous emmener dans un autre temple non loin de là... C'est très sympa, le seul problème, c'est qu'en général, le temple où vous vous rendiez était bel et bien ouvert aux visiteurs... et que le lieu où il veut vous emmener est une boutique où il est largement commissionné. Il faut savoir que les temples ne sont jamais fermés. Donc passez votre chemin en ignorant l’importun.

C'est Rama Ier qui fit construire le Grand Palais de Bangkok, en 1782, pour marquer la fondation de la nouvelle capitale, remplaçant celle d'Ayutthaya détruite par les Birmans puis celle de Thonburi qui lui avait succédé. L'enceinte de ce palais, mur crènelé de 1900 mètres de long, abrite en fait plusieurs entités distinctes sur une superficie totale de 218 hectares :

  • Le palais royale lui-même, qui comprend l'ensemble des appartements royaux du Grand Palais (dont une petite partie est ouverte au public) ;
  • Des bureaux gouvernementaux, dont le Ministère des Finances ;
  • La Chapelle Royale du Bouddha d'émeraude : le wat Phra Kaew, temple le plus sacré de Thaïlande.

Le grand Palais fut la résidence officielle des monarques de 1782 à 1946. Le mur d'enceinte, d'un blanc immaculé, s'ouvre au nord par un grand portail, la porte Viset Chai Sri, qui permettait autrefois le passage des éléphants. En pénétrant dans l'enceinte, ont découvre immédiatement à gauche une vaste esplanade de gazon parfaitement entretenu avec en arrière plan, les bâtiments du Wat Phra Kaew et leurs toits polychromes aux flèches typiquement thaïes, dominés par le grand Chedi d'or. Sans doute l'image "carte postale" la plus connue de Bangkok !

A droite, juste avant d'entrer au Wat Phra Kaew, le Pavillon royal des décorations et des monnaies thaïlandaises mérite également une visite. Il présente une exposition permanente d’insignes royaux, de décorations, de médailles, de bijoux et de pièces de monnaie.

Le Wat Phra Kaew et son Bouddha d'émeuraude - วัดพระแก้ว

Voir le plan de ce lieu.

Situé au nord-est du Grand Palais, le Wat Phra Kaeo (prononcez Wat Pra Kéo), de son vrai nom Wat Phra Si Ratana Sasadaram fut bâti peu après la fondation de Bangkok en tant que capitale du royaume, en 1782. Ce magnifique temple est reconnaissable à ses toits de tuiles vernissées oranges, vertes et bleues et à son imposant chedi entièrement recouvert de feuilles d'or.

Les entrées du temple sont protégées par des statues de géants du Ramakien, les yakshas, chargés de garder l'entrée du temple et d'en éloigner les esprits malfaisants. Parmi les personnages de la mythologie bouddhiste que vous pourrez rencontrer, citons :

  • les « kinnari », élégants personnages, mi-femmes, mi-oiseaux. Ce sont des divinités secondaires, le plus souvent utilisées dans un seul but décoratif. Le plus connu des kinnari est Manohara.
  • les « apsara », nymphes célestes d'une grande beauté, au torse nu, qui dansent pour le plaisir des dieux.

Le mur qui entoure le temple, blanc à l'extérieur, est décoré à l'intérieur d'une fresque monumentale, continue sur toute la longueur du mur, racontant le Ramakien. Le Ramakien, inspiré du Ramayana indien, est un récit épique en vers. Il raconte l’épopée du roi Phram Ram d’Ayuthaya à la recherche de son épouse enlevée par le démon Thotsakan. La lecture se fait de gauche à droite.

Directement en face de l'entrée principale se trouvent la chapelle royale, sur la gauche, une terrasse comportant 3 édifices majeurs que nous allons détailler. La visite s'effectue dans le sens des aiguilles d'une montre. 

Sur la terrasse à gauche de l'entrée principale, vous pourrez admirer le Phra Sri Ratana Chedi, un imposant chedi doré à la feuille d'or construit sous Rama IV. Des reliques de Bouddha sont conservées à l'intérieur.

A côté, se trouve le Phra Mondop, bibliothèque comportant des manuscrits sacrés. On y conserve le Tripitaka, rédigé en 1788, qui constitue la base écrite du Bouddhisme Théravada. Devant le Phra Mondop se trouve une maquette du temple d'Angkor, construite à une époque où la Thaïlande contrôlait encore la majeure partie du Cambodge.

Dans l'alignement du grand Chedi et du Phra Mondop se trouve le Prasad Phra Thepbidon, le panthéon royal. Sa forme de croix et sa tour dorée en forme de prangs (tour de style Khmer) lui donne son aspect caractéristique. Il abrite des statues de rois de la dynastie Chakri. Ce bâtiment ne se visite pas.

Enfin, l'ubosoth, aussi appelé bot - la chapelle royale - abrite la célèbre statuette du Bouddha d’émeraude, qui tient une place importante dans le bouddhisme thaï. La base extérieure de ce bâtiment est ornée de 112 « Garuda », divinités protectrices, qui semblent porter le bâtiment. A l'intérieur, des fresques racontent la vie de Bouddha.

 

Devant l'entrée de la chapelle royale, se trouve un petit autel où les fidèles déposent des fleurs, des bâtons d'encens et d'autres offrandes. Vous pouvez également faire un don pour la conservation du temple.

 

Les 8 prangs de style Khmer, recouverts de faïence, situés devant la chapelle royale - au nord de cet ensemble architectural - sont dédiés à la Trinité Bouddhiste.

La statuette du Bouddha d'émeraude

Cette statuette, haute de 66 cm et large de 48 cm est en réalité taillée dans une pièce de jade. Elle représente le Bouddha dans la position méditative du Bouddha assis, jambes pliées, la droite sur la gauche. Les recherches iconographiques établissent que cette statue a été sculptée dans le Nord de la Thaïlande, un peu avant le XVème siècle (style Chiang Saen). Mais une autre théorie admet une origine Indienne ou Sri Lankaise : en effet, la position de méditation est plutôt une position typique dans l'art bouddhique indien du sud.

La statuette trône sous un petit parasol à neuf étages, au haut d'un impressionnant autel foisonnant de dorure et haut de 11 mètres. Le roi Rama I fit faire deux vêtements saisonniers pour le Bouddha d'émeraude, l'un pour l'été (ornée de diamants) et l'autre pour la saison des pluies (tunique d'or émaillée de bleu). Le roi Rama III (1824-1851) en ajouta un troisième pour l'hiver (tunique aux mailles d'or pur). La cérémonie du changement de costume du Bouddha d'émeraude a lieu trois fois par an. C'est le roi lui-même qui s'en charge. Autrefois, le roi n'aspergeait d'eau bénie que les princes et les fonctionnaires assistant à la cérémonie à l'intérieur de l'ubosoth, mais aujourd'hui Sa Majesté asperge également les fidèles qui se tiennent à l'extérieur. Ce fait est considéré comme une nouvelle tradition inaugurée sous le présent règne.

Un peu d'histoire

L' origine du Bouddha d'émeraude est entourée de légendes. La statuette aurait été découverte en 1434, lorsque la foudre s'abattit sur le chedi du Wat Phra Kaeo de Chiang Rai, découvrant cette statue dont on ne trouve pas de trace historique antérieur. Elle se présentait comme comme une simple statue en stuc doré. Plus tard, le stuc se fendillant, une pierre verte translucide apparut : elle fut nommée Phra Keo Morakot (Bouddha d'émeraude en Thaï) et devint très vite un objet d'admiration et de culte.

Le roi Samfangkaen de Chiang Mai voulut faire transporter cette statuette dans sa capitale à dos d' éléphant. Mais chaque fois que l'éléphant arrivait au croisement des routes de Chiang Mai et de Lampang, il prenait la route de Lampang. Par trois fois le roi envoya son éléphant, et par trois fois la même chose se reproduisit. Le roi y vit la preuve que les esprits qui gardaient le Bouddha d'émeraude souhaitaient l'installer à Lampang. Il y resta 32 ans jusqu'à l'arrivée au pouvoir du Roi Tiloka de Chiang Mai, en 1468. Ce dernier ramènera le Bouddha d'émeraude à Chiang Mai et le fit placer dans une niche d'un stupa appelé Chedi Luang.

En 1551, le roi de Chiang Mai mourut sans héritier mâle. Une de ses filles avait épousé le roi du Laos et avait eu un fils, le Prince Chaichettha. A la mort du roi de Chieng Mai, ses ministres invitèrent ce prince, âgé alors de 15 ans, à devenir roi, ce qu'il accepta. Le roi Chaichettha voulut retourner dans son pays natal, le Laos. Il s'installa à Luang Prabang, alors capitale du Laos, en 1552. Il fit transporter avec lui le Bouddha d'émeraude et promit aux ministres de Chieng Mai de revenir. Mais il ne revint jamais et ne renvoya pas non plus la précieuse statue qui resta à Luang Prabang pendant 12 ans.

Le roi Chaichettha, menacé par l'armée birmane du roi Bayinnaung, dût abandonner Luang Prabang et installer sa nouvelle capitale à Vientiane en 1564. La précieuse statuette suivit et y restera 214 ans.

En 1767, les birmans prennent à nouveaux Ayuttaya, alors capitale du Royaume ; son défenseur, un métis chinois du nom de Phya Taksin, ayant échappé au massacre avec quelques troupes, s'empare de Thonburi au sud, puis écrase à son tour les Birmans cantonnés sur les ruines d'Ayuthaya. Phya Taksin se proclame roi et établit une nouvelle capitale à Tonburi. En quelques années, il se taille un nouveau royaume, s'emparant de Vientiane et de Luang Prabang, puis assure sa tutelle sur le Cambodge. Lors de la campagne du Laos, vers 1778, il s'empara de la satuette du Bouddha d’Émeraude pour la ramener en Thaïlande où elle fut placée au Wat Arun.

Le roi Taksin est assassiné en 1782, au terme d'une révolution de palais, et Chao Phya Chakri, un de ses généraux, fonde la dynastie actuelle des Chakri, et prendra plus tard le nom de Rama 1er.

Celui-ci fit de Bangkok sa nouvelle capitale et y fit transférer, le 5 mars 1785, le Bouddha d'émeraude : il fut installé au Wat Phra Kaew, à son emplacement actuel.

Le Grand Palais - Phra Borom Maha Ratcha Wang - พระบรมมหาราชวัง

On pénètre dans l'enceinte du Grand Palais par une porte depuis le Wat Phra Kaew. Attention, il n'est pas possible ensuite de faire demi-tour. Cet ensemble est situé au sud du précédent.

Voir le plan de ce lieu.

Le Grand Palais est aujourd’hui utilisé pour les cérémonies officielles, le roi résidant au Palais Chitlada, au nord de la ville. Seule une partie du monument se visite.

Le plus intéressant à voir est le Palais Chakri Maha Prasat appelé également « Grand Palace Hall ». Construit en 1882 par des britanniques, sous le règne du roi Chulalongkorn, l’ensemble fut érigé à la gloire de la monarchie. Le style occidental renaissance de sa façade et de ses jardins à la Française tranchent avec le style typiquement thaï de sa toiture superposée ornée de serpents Naga. Il renferme une salle du trône et de grandes salles de réception auxquelles seuls les visiteurs de marque ont accès.

Situé à droite du bâtiment précédent, le Dusit Mahat Prasat - Palais céleste - édifié en 1789, est l'ancienne salle d’audience reconvertie en espace de cérémonie des obsèques royaux. Ce bâtiment de style thaï en forme de croix possède une toiture surmontée d’une flèche d’or dont la base est une spirale à neuf étages. Ce palais est construit sur une terrasse en marbre.

Devant ce bâtiment, on peut admirer le joli pavillon Aphorn Phimok Prasat. Sa porte est située à hauteur d'un palanquin d'éléphant afin que le roi puisse directement y pénétrer.

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :


billet avion

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire

Envoyer cet article à un ami



Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
5 014 531 visiteurs au total
802 visiteurs ce jour
22 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 1999-2017