THAILANDE-GUIDE

THAILANDE-GUIDE

Le site web de la Thaïlande

Les pierres précieuses de Thaïlande

De belles pièces, mais attention aux arnaques !

Mis à jour le 23-09-2016  |  Publié le 13-06-2008 - Lu 85 738 fois
Moyenne : 3.38 sur 5 (8 votes)

La Thaïlande est l’un des plus gros exportateurs de gemmes au monde. Une industrie de taille de pierres s’est développée, soit à partir de pierres extraites localement, soit de pierres importées. A Bangkok où s’élève le Jewelry Trade Center, la taille et le polissage de pierres précieuses constituent l’une des activités majeures. Les provinces de Chanthaburi et de Trat sont réputées pour leurs saphirs et rubis, ainsi que les marchés de pierres précieuses de Hua Thung, Khlong Yaw et Khao Saming.

Le prix des pierres précieuses de qualité est très compétitif, mais attention, si vous n'êtes pas un connaisseur averti, mieux vaut vous adresser à des boutiques spécialisées sérieuses qui seront en mesure de fournir des certificats d'authenticité. Evitez les ventes sur les marchés : au mieux, vous achèterez une pierre de piètre qualité, au pire, une fausse voire un morceau de verre coloré... Les autorités Thaïlandaises du tourisme émettent régulièrement des mises en garde contre les offres trop séduisantes pour être honnêtes. Des pierres aux couleurs chatoyantes mais sans valeur peuvent vous être vendues à des prix prohibitifs. "Sachez que partout où vous allez, les touristes achètent ce que les professionnels refusent ! "

Les artisans-joailliers Thaïs sont capables de réaliser des bijoux selon les goûts internationaux, le prix étant alors subordonné à son degré de raffinement. L'or travaillé fait aussi partie des bonnes affaires à réaliser en Thaïlande, le prix variant selon le travail à effectuer et la pureté de l'alliage. La plupart des joailliers du pays vous proposeront des bijoux en or 14, 18 et 24 carats. Les français préfèreront le 18 carats qui est la norme dans ce pays (voir plus bas, la signification de terme carat). Sachez que les asiatiques lui préfèrent l'or 24 carats, or extrêmement pure, mais qui a l'inconvénient d'être beaucoup plus malléable que le 14 ou 18 carats. Il est reconnaissance par sa teinte beaucoup plus cuivrée.

De très belles bagues, chaînes, boucles d'oreilles, bracelets, pendentifs et autres objets décoratifs délicats sont vendus dans tous les endroits touristiques de Thaïlande. Des pièces exquises sont disponibles dans bon nombre de grands hôtels avec certificats d'authenticité et à des prix plus avantageux que vous que vous pourriez trouver en Europe.

Pour vous aider dans le choix de vos pierre, nous avons réalisé un petit guide des principales pierres originaires de Thaïlande (exception faite du diamant).

Le terme de « pierres précieuses » est strictement réservé aux quatre pierres suivantes :

  • Diamant ;
  • Rubis ;
  • Saphir ;
  • Emeraude.

On parle ensuite de « pierres fines » ou « pierres semi-précieuses » pour les gemmes suivants :

  • Aigue-marine ;
  • Alexandrite ;
  • Améthyste ;
  • Chrysobéryl ;
  • Grenat ;
  • Kunzite
  • Morganite ;
  • Opale ;
  • Péridot ;
  • Spinelle ;
  • Tanzanite ;
  • Topaze ;
  • Tourmaline ;
  • Turquoise ;

Nous n'aborderons ici que les trois premières pierres précieuses, l'émeraude n'étant absolument pas produite en Thaïlande. Le diamant non plus, mais c'est une pierre incontournable qui méritait de figurer ici.

Le rubis

RubisLe rubis, du latin "rubeus", qui signifie rouge, est la plus chère des pierres précieuses en raison de sa rareté. Il appartient à la famille de corindon, comme le saphir : Les corindons de couleur rouge sont des rubis et les autres couleurs de corindons sont des saphirs.

Sa dureté est de 9 sur l'échelle de Mohs, juste après le diamant (indice 10)

Sa couleur est causée principalement par la présence d'oxyde de chrome, parfois additionné de fer lorsque la teinte du rubis tire sur le brun. Cette pierre est la plus rare des pierres précieuses utilisées en joaillerie, car les cristaux transparents et bien colorés dans les gisements sont rares. Tous les rubis naturels possèdent des inclusions ; seuls les rubis synthétiques artificiels peuvent donner l'impression d'être parfaits.

Le Myanmar (ex Birmanie) est le pays producteur où les rubis sont les plus beaux. Les rubis « sang de pigeon » trouvés dans ce pays sont les plus prisés et leur valeur, dépasse, pour les poids supérieurs à 3 carats, la valeur d'un diamant de très bonne qualité à poids égal.

Le plus gros rubis se trouve sur la couronne de Saint Wenceslas, il pèse 250 carats environ et mesure 39,5 x 36,5 x 14 mm. Un rubis indien, pesant brut 30 000 carats, a été taillé en cabochon ovale étoilé de 6 465 carats ; de médiocre aspect il se trouve chez Eminent Gems à New York. Un magnifique rubis taillé de 15,97 fut vendu aux enchères à New York en 1988 par Sotheby's pour 3 630 000 dollars, ce qui constitue à l'heure actuelle un record. Un rubis brut de 504 carats a été découvert près de Mogok en 1990, les mineurs ont essayé de le vendre en Thaïlande mais se firent prendre à la frontière par la junte militaire qui leur confisqua la pierre et les emprisonna à vie pour avoir essayé de sortir la pierre du pays illégalement.

Zone de production : Afghanistan, Australie, Cambodge, Etats Unis Amérique, Inde, Kenya, Madagascar, Myanmar (90 % de la production mondiale), Namibie, Pakistan, Russie, Sri Lanka, Tadjikistan, Thaïlande, Tanzanie, Viêt Nam

On sait synthétiser le rubis depuis qu'en 1902, le français Auguste Verneuil produisit un rubis synthétique par fusion de poudre d'oxyde d'aluminium avec un colorant rouge.

La Thaïlande est le plus grand centre de vente de rubis : environ 80 % des rubis y passeraient à un moment ou un autre.

De temps à autre, nous nous trouverons en face de « rubis étoilés », extrêmement rares. C’est encore le rutile qui est ici en cause.

Il est incrusté en forme d’étoile dans le corps même de la pierre. L’effet de lumière ainsi produit est ce que les experts nomment « astérisme ». On les taille en forme de cabochon ce qui donne le résultat étonnant d’une étoile à six branches qui semble glisser de façon magique à la surface de la pierre quand on la bouge. Les rubis étoilés sont rares et onéreux. Leur valeur dépend de leur beauté et du côté plus ou moins attractif de leur couleur. La pureté est ici secondaire. Dans un bon rubis étoilé (ou «rubis star») on doit toujours apercevoir les rayons de l’étoile, bien nets dans le dôme arrondi du cabochon, au centre précis duquel doit se situer l’étoile elle-même.

La Thaïlande est elle aussi un fournisseur classique de rubis mais ils sont généralement d’un rouge foncé à tendance brunâtre. Le « rubis de Siam » qui est d’un rouge plus élégamment nuancé est considéré comme ayant une couleur presque aussi belle que celle des rubis birmans ; ils sont particulièrement appréciés aux Etats-Unis.

Le saphir

SaphirLe saphir, de l’hébreu "sappir", qui signifie belle chose, fait parti des 4 pierres dites précieuses. Il appartient à la famille des corindons comme le rubis. Sa dureté est de 9 sur l'échelle de Mohs.

La teinte de cette gemme qui va du bleu clair au bleu foncé est due au fer et au titane, et elle est très souvent répartie d'une manière irrégulière. Une petite tache bleue au sommet inférieur du pavillon permet de teinter toute la pierre d'une belle couleur bleue.

Sa couleur n'est pas stable si la pierre est soumise à une source de chaleur. Cette caractéristique est souvent utilisée pour obtenir une couleur plus belle.

Le mot saphir sans qualificatif est toujours réservé au corindon bleu. Pour tous les autres saphirs de couleur on le précise par l'adjectif qui suit le mot saphir ; saphir vert, saphir jaune, etc... Il y a quand même quelques exceptions telles que le saphir incolore qui se nomme aussi « leuco-saphir » ou le saphir orangé qui se nomme aussi « padparadscha ».

Le saphir est bien plus répandu que sa pierre jumelle (le rubis) du fait que ses substances colorantes sont bien plus courantes. Les plus prisés sont ceux du Cachemire, suivis par ceux du Myanmar (ex Birmanie) et ceux du Siam.

Le saphir reste la pierre la moins coûteuse des 4 pierres précieuses en tenant compte des critères différents pour ces pierres ; un saphir de 15 à 20 carats taillés commence à devenir une rareté, en-dessous de ces poids, on en trouve plus facilement. Parmi les saphirs bleus les plus gros, on peut citer le « Saphir Logan », taillé en coussin dans un cristal du Sri Lanka, de 423 carats qui est conservé à la Smithsonian Institution à Washington ; un saphir de 258 carats, d'un bleu vif et lumineux qui appartient à la Couronne de Russie ; L'« Étoile de l'Inde » (563 carats), l'« Étoile de minuit », couleur bleu-noir (116 carats), l'« Étoile d'Asie » (330 carats) et l'« Étoile d'Artaban » (316 carats). En 1988, le « Saphir Rockfeller » de 62,02 carats, taille émeraude, fut vendu aux enchères chez Sotheby's pour 2 828 546 dollars, c'est actuellement le prix record par carat (45 607 US$).

Zone de production : Afghanistan, Angola, Australie, Brésil, Burundi, Cambodge, Canada, Chine, Colombie, Ethiopie, Etats Unis Amérique, France, Indonésie, Irlande, Kenya, Laos, Madagascar, Malawi, Myanmar, Népal, Nigéria, Pakistan, Royaume-Uni, Russie, Rwanda, Sierra Leone, Sri Lanka, Tanzanie, Thaïlande, Viêt Nam

Le diamant

DiamantLe diamant est un minéral composé de carbone. C’est le plus dur de tous les matériaux naturels avec un indice de dureté de 10 sur l'échelle de Mohs.

Ainsi, le mot diamant est dérivé d'un mot grec signifiant « indomptable, inflexible, inébranlable » en raison de sa dureté extrême.

La découverte en 1793 de sa composition, du carbone pur, par Antoine Lavoisier, a marqué le début de l’épopée de sa synthèse. Cependant, il a fallu attendre 1953 pour qu’enfin des chimistes réussissent à le fabriquer. Ainsi, en soumettant le carbone à une forte pression et à une haute température pendant plusieurs heures, il est possible de réaliser un diamant de synthèse. Mais en raison de leur petite taille, ces derniers ne sont utilisés que dans l'industrie. Aujourd'hui, la production annuelle de diamant de synthèse atteint plus de 400 millions de carats, soit 80 tonnes.

Zone de production : jusqu'au XVIe siècle, l'Inde et plus particulièrement la région de Golkonda (Golconde) était la seule zone de production de diamants au monde, avec la région de Bornéo en Indonésie. C'est en Inde qu'ont été extraits les plus célèbres diamants anciens. Puis les gisements du Brésil ont été découverts. Ils ont alimenté le marché occidental jusqu'à la fin du XIXe siècle, date de la découverte des gisements sud-africains et russes. En 2005, la production mondiale de diamants était de 173,5 millions de carats et les quatre principaux producteurs étaient la Russie, le Botswana, l'Australie et la République démocratique du Congo qui produisent à eux quatre un peu plus de 73 % de la production mondiale.

Des diamants ont également été trouvé en Thaïlande, en particulier sur l'île de Phuket. Mais leur petite taille et leur faible degré de pureté n'ont pas conduit à une exploitation commerciale.

Le petit guide ci-dessous a pour objectif de vous faire comprendre ce qui fait la qualité et la valeur d’un diamant, à savoir les “4C” : la couleur (Color), la taille (Cut), la pureté (Clarity) et le poids en carats (Carat).

La taille

La beauté de son brillant est due au fait qu’il possède un haut indice de réfraction de la lumière et un grand pouvoir dispersif : en pénétrant, les rayons de lumière sont réfléchis à l’intérieur de la pierre à l’infini et la lumière blanche se disperse, retourne à l'extérieur transformée en un éventail de couleurs. Les diamants (comme les gouttes d’eau) fonctionnent comme des prismes, dispersant sous forme d'arc-en-ciel les couleurs en fonction des longueurs d'onde (violette à rouge).

Le degré de la beauté de l'arc-en-ciel du diamant dépend, en grande partie, de la sculpture et du poli de la pierre. Bien que naturellement les diamants aient leurs éclats propres, ceux-ci peuvent être améliorés et multipliés par la taille experte d'un lapidaire.

On comprend donc que la taille d’un diamant est primordiale car elle a une influence directe sur l’éclat et la brillance de la pierre. Même incolore et pur, un diamant sera terne s’il est mal taillé.

La taille des diamants s'effectue surtout à Anvers (Belgique), à Tel-Aviv (Israël) et au Gujarat (Inde) par la communauté jaïn. En Thaïlande, ce sont les rubis et saphirs qui sont taillés.

Sachez également que du fait de son extrême dureté, le diamant ne peut être usiné que par un autre diamant.

Il existe de nombreuses façons de tailler le diamant, mais la plus connue, celle qui met le mieux en valeur la beauté du diamant et qui est de ce fait la plus utilisée, est certainement la taille « brillant », inventée par Tolkowsky en 1919. Cette technique perfectionnée permet de transformer les pierres brutes en véritables joyaux de lumière, en faisant apparaître 58 facettes (57 si l'on ne tient pas compte de la collette) : 33 sur la couronne et 24 sur la culasse, régulières et de tailles définies précisément, à la surface du diamant.

Si les notions de pureté et de couleur paraissent familières, les proportions de taille le sont plus rarement. Pourtant, ces dernières sont un facteur de qualité essentiel. Elles conditionnent directement le rendu de brillance et le « feu » du dia­mant. À couleur identique, un dia­mant possédant de bonnes proportions sera bien plus éclatant qu'un diamant pur incorrectement taillé.

Au Japon est très apprécié la taille flèche et cœurs, nommée ainsi à cause des formes des jeux de lumière.

Les apprentis tailleurs sont aujourd'hui très rares, la taille étant de plus en plus réalisé par des lasers à l'aide de systèmes informatiques.

La couleur

L’appréciation de la couleur est déterminante dans la valeur d’un diamant. Les teintes sont le gris, le rose, le bleu, le brun et le jaune, cette dernière étant la plus fréquente.

A noter que plus le diamant est blanc, plus il a de valeur : il s'agit en fait plutôt d'une absence de couleur, c’est-à-dire que le diamant est transparent.

Les nuances de blancs sont notées grâce à un code utilisant les différentes lettres de l'alphabet :

CodeCouleur
DBlanc exceptionnel + : c'est le diamant le plus incolore et rare qui soit.
EBlanc exceptionnel : diamant parfaitement incolore à l'oeil nu.
FBlanc extra + : présence de couleur extrêmement faible.
GBlanc extra : présence de couleur extrêmement faible que seul l'oeil d'un gemmologue expérimenté peut distinguer à l'oeil nu.
UBlanc : teinte très légère difficilement identifiable à l'oeil nu.
I, JBlanc nuancé
K, LLégèrement teint
M - ZCouleur teinté

On voit bien à la lecture de ce tableau que les nuances sont infimes. Ainsi, afin que ne subsistent aucun doute ou litige, les laboratoires émetteurs de certificats utilisent le spectrophotomètre, appareil capable de déterminer la couleur, pour obtenir un résultat tout à fait objectif.

La pureté

Les “défauts” dans un diamant se mesure en termes d’inclusions : moins il en possède, plus il est pur. Leur nombre, leur localisation, leur taille et leur type auront un impact décisif sur la valeur de la pierre. Comme pour les couleurs, la taille des inclusions est indiquée en utilisant le codage suivants :

CodeSignificationRemarques
IFInternally FlawlessAbsence d'inclusions avec un grossissement de 10 fois
VVS1-VVS2Very Very Small inclusionsMinuscule(s) inclusion(s) très difficilement visible(s) à la loupe avec un grossissement de 10 fois
VS1-VS2Very Small inclusionsTrès petite(s) inclusion(s) difficilement visible(s) à la loupe avec un grossissement de 10 fois
SI1-SI2-SI3Small InclusionsPetite(s) inclusion(s) facilement visible(s) à la loupe avec un grossissement de 10 fois
I1-I2-I3ImperfectGrande(s) et/ou nombreuses inclusion(s) visible(s) à l'œil nu

Le poids

Le carat est l’unité de mesure qui permet d’évaluer le poids des pierres, dont les diamants. C'est en 1907 que le carat fut défini par la 4e Conférence générale des poids et mesures (CGPM) comme étant égal à 200 milligrammes (soit 5 carats = 1 gramme). Il ne faut pas confondre le carat, qui détermine le poids des pierres, et le carat qui détermine le titre des métaux : c'est une mesure de pureté de métaux précieux tel que l'or. Dans ce contexte, un carat représente 1/24e de la masse totale d'un alliage. Par exemple, de l'or à 15 carats signifie que dans 24 grammes de l'alliage, on a 15 grammes d'or pur. De l'or 24 carats est de l'or pur.

Ainsi, le poids d’un diamant se mesure en carats. Les diamants les plus gros étant également les plus rares, le prix d’un diamant croît de façon exponentielle avec son poids : un diamant de 1,5 carat fait trois fois le poids d’un diamant de 0,5 carat, mais son prix peut être entre cinq et sept fois supérieur à celui d’un 0,5 carat.

Quelques diamants "historiques"

Golden JubiléeEn 1905 fut découvert en Afrique du Sud un diamant de 3106 carats : le Cullinan. Il fut taillé en 9 diamants exceptionnels, nommés Cullinan I à IX. Le Cullinan I de 530 carats et le Cullinan II de 317 carats ornent aujourd'hui la couronne britannique. En 1985 fut découvert, toujours en Afrique du Sud un diamant jaune de 755 carats qui donna naissance au Golden Jubilée, un diamant de 545 carats qui est actuellement le plus gros diamant taillé du monde : il orne la couronne Royale de Thaïlande.

Le plus gros diamant du monde a été découvert le 25 août 2007 dans une mine sud-africaine et pèserait le double du Cullinan. Le diamant a été transporté à Johannesbourg.

Le diamant en Thaïlande

Comme nous l'avons vu précédemment, la Thaïlande ne produit pas de diamant. La plupart des diamants que vous trouverez ici viennent d'Anvers en Belgique. C'est sans doute pas l'endroit du monde où ils sont les moins chers, mais vous trouverez ici des artisants de qualité qui pourront réaliser des commande "sur mesure" à des tarifs très attractifs.

Attention toutefois de ne pas choisir n'importe quel joaillier. 

Quelques liens utiles :

Gem and Jewelry Institute of Thailand : laboratoire d'expertise des pierres précieuses, délivre des certificats.
Laboratoire Français de Gemmologie : ce laboratoire plus connu sous le nom de « Service Public du Contrôle des Diamants, Perles Fines et Pierres Précieuses », délivre aux professionnels et aux particuliers des certificats et des attestations scientifiquement garantis.

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :

Envoyer cet article à un ami



Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
5 019 007 visiteurs au total
262 visiteurs ce jour
18 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 1999-2017